Les médecines alternatives sont-elles vraiment efficaces ?

Les médecines alternatives sont-elles vraiment efficaces ?

Les médecines alternatives, aussi appelées médecines douces ou non conventionnelles sont très appréciées par les Français.

Elles sont utilisées en complément de la médecine traditionnelle ou pour soigner les petits maux. Très utiles aussi pour atténuer les effets secondaires des traitements lourds, les médecines complémentaires peuvent grandement aider des patients à guérir ou se reconstruire.

Mais pour cela, il faut commencer par établir un diagnostic sérieux, puis choisir avec soin la pratique la mieux adaptée. Enfin la relation avec le spécialiste elle-même doit se faire en toute confiance, sans pression et en toute liberté. HoliSanté vous explique comment bien choisir votre spécialiste de médecine douce pour que la prestation soit la plus efficace possible.

L’importance du diagnostic en médecine

Le diagnostic médical est indispensable pour pouvoir appliquer les bonnes pratiques sur une souffrance donnée. Il doit être fait avec beaucoup de précision, afin d’éviter les mauvaises erreurs d’appréciation.

Un bon examen médical commence par des questions précises

Un diagnostic bien mené commence par l’anamnèse consistant à recueillir les antécédents médicaux du malade. Ces derniers sont souvent complétés par des précisions quant au contexte et aux particularités familiales. Vient ensuite l’inspection du malade par le praticien, suivie de la palpation d’endroits relatifs à la description de la douleur.

Pendant l’auscultation, le médecin s’attarde à écouter les organes avec son stéthoscope pour avoir une première impression sur l’état de santé de son patient.

Le médecin conventionnel vous aiguille ensuite vers un praticien

Si vous souffrez d’une maladie, d’une addiction ou de troubles physiques ou psychologiques, il est important de consulter un médecin traditionnel, inscrit à l’Ordre des médecins. Il vous donnera ensuite les indications pour vous tourner vers un praticien de médecines alternatives.

Certaines maladies comme les cancers nécessite un soin à base de chimiothérapie ou de radiothérapie, dont les effets secondaires pourront être adoucis grâce à des pratiques de médecines parallèles. Le mal, lui, doit être soigné selon les protocoles mis en place par la médecine moderne.

Dans des cas très précis et lorsque la santé du patient n’est pas mise en danger, la médecine complémentaire pourra apporter un diagnostic en fonction des spécificités de la pratique.

Bien choisir la ou les pratiques de médecines alternatives

Lorsque votre médecin vous a indiqué de quel mal vous souffrez, vous avez le choix entre plusieurs méthodes non-conventionnelles, dont les principales sont les suivantes :

  • Homéopathie
  • Acupuncture
  • Naturopathie
  • Yoga
  • Médecine chinoise
  • Réflexologie
  • Hypnose
  • Psychothérapie
  • Relaxologie
  • Aromathérapie
  • Fleurs de Bach
  • Ostéopathie
  • Sophrologie, etc.

Vous pouvez choisir de vous soigner en faisant appel à plusieurs médecines qui sont complémentaires. Par exemple, le yoga peut être associé à la médecine chinoise, l’acupuncture à la naturopathie, etc.

L’avantage des médecines alternatives est qu’elles présentent peu de contre-indications, provoquent rarement d’effets secondaire, et jamais d’accoutumance. Une approche holistique (globale) peut être envisagée pour une meilleure efficacité.

Choisir le bon praticien de médecine douce

Avant de vous engager auprès d’un praticien de médecine non conventionnelle, vérifier qu’il est formé pour vous aider dans votre problématique. Dans l’idéal, la relation spécialiste-patient doit s’étaler dans la durée, car les effets se ressentent souvent au bout de quelques semaines, voire quelques mois.

Vous devez aussi avoir connaissance des tarifs, sans qu’il n’y ait aucune ambiguïté. Vous ne payerez pas plus que ce qui est annoncé, et il n’est pas nécessaire que les séances soient hors de prix pour être efficaces.

Vous devez également choisir votre expert en médecine douce en fonction de sa personnalité. Un bon praticien est quelqu’un qui est à l’écoute de ses patients et qui sait les mettre rapidement en confiance. Il doit également respecter votre liberté et vous donner le choix de ne pas suivre chacun de ses conseils à la lettre.

Le praticien en médecines complémentaires vous accompagne mais il ne vous impose pas sa propre vision des choses.

Résultats des médecines douces

Les médecines alternatives font régulièrement l’objet d’études, faute de pouvoir être évaluées de façon très précise, car il en existe de nombreuses, avec des orientations différentes.

Santéclair a commandé une étude à Harris, dans laquelle il ressort que 86 % des Français ont une image positive des médecines douces et qu’ils les considèrent comme étant utiles. Ils seraient d’ailleurs 71 % à confier leur santé à une médecine parallèle. Les résultats montrent que les 91 % des réponses sont favorables à l’emploi des médecines douces pour soigner les bobos du quotidien, 83 % pour se passer de médicaments et 83 % également pour effectuer de la prévention.

Si les Français accordent autant de confiance aux médecines douces, c’est la preuve que leur santé s’est améliorée grâce à tous ces praticiens sérieux et passionnés qui font honneur aux différentes spécialités. HoliSanté est heureux d’en compter de nombreux, vous pouvez d’ailleurs les contacter pour vous faire une idée grâce aux séances découvertes sans engagement.

HoliSanté.

A lire aussi