Retour au blog

Droit des femmes en 2021

Lors de la journée du droit des femmes, HoliSanté fait le point sur la revalorisation les salaires, la précarité et les violences féminines en période de Covid.

Recevez nos derniers articles chez vous.

Droit des femmes en 2021, équilibrer et protéger

Le lundi 8 mars 2021, nous fêterons la Journée du droit des femmes, avec pour thème « Leadership féminin : pour un futur égalitaire dans le monde de la Covid 19 ». La promesse est séduisante, mais le chemin est encore long. Dans le monde professionnel, comme dans le cercle familial, les femmes souffrent d’un manque de considération, de précarité, voire de mauvais traitements. L’ONU et l’OMS sont sur le pont, mais nous pouvons tous participer à ces changements.

Des inégalités toujours flagrantes

Malgré les efforts du gouvernement français depuis 2012, les inégalités hommes-femmes sont toujours bien présentes, notamment dans le milieu professionnel. Les emplois moins bien rémunérés, précaires et pourtant essentiels sont plus facilement attribuées aux femmes.

Des professions largement représentées par des femmes

L’éducation, l’hygiène et la propreté, le soin et le travail social dont les salaires sont parmi les plus bas sont spontanément attribuées aux femmes. En ce qui concerne la vie de famille et le partage des tâches domestique, là aussi le compte n’y est pas. Selon une étude reprise par Oxfam France, les femmes en assurent les 3/4 et cette tendance est mondiale.

Le travail domestique, un frein vers la liberté

Si les journées étaient plus longues, les femmes qui sont dans des situations très compliquées tenteraient de cumuler cette charge avec un travail rémunéré. Or, presque la moitié des femmes interrogées ont avoué ne pas pouvoir assumer un travail en raison des responsabilités familiales à accomplir au quotidien.

En France, la femme passe environ 3 heures et demi à s’occuper des tâches ménagères, tandis que les hommes y consacrent 2 heures.

Les femmes en première ligne sur le terrain du Covid

En période de pandémie, il est important de rappeler que 2/3 des soignants sont des femmes, et pas seulement en France, puisque ce constat est mondial. Ces métiers sont éprouvants, autant physiquement que moralement et les obligent à se rendre disponibles et à faire preuve de flexibilité.

Des métiers pénibles avec des contraintes énormes

En France, les infirmières et les aide-soignantes représentent 90 % des emplois dans les hôpitaux et plus généralement dans le secteur des soins. Nous voyons tous les jours ces héroïnes du quotidien tenter de porter le système à bout de bras, mais la crise est profonde et multiple.

Une prise de conscience politique est vitale

Les associations qui défendent les droits des femmes pointent, plus que jamais, l’importance d’agir pour revaloriser les salaires des femmes, et particulièrement celles qui œuvrent dans le secteur de la santé, l’éducation et l’hygiène.

L’Organisation internationale du travail a eu l’idée lumineuse de quantifier la valeur du travail domestique et les chiffres sont édifiants et parlent d’eux-mêmes. Les tâches réalisées par les femmes au quotidien ont une valeur économique équivalant à 15 % du PIB français.

Au niveau mondial, si les femmes étaient rémunérées pour le travail domestique qu’elles accomplissent, l’argent généré par cette activité serait égal à 3 fois la somme que l’industrie numérique produit.

Les principales pistes vers un droit des femmes mieux respecté

Les idées ne manquent pas, mais il est difficile et long de les mettre en place et parfois, la loi n’est tout simplement pas respectée. Parmi les entreprises de plus de cinquante salariés, plus de la moitié n’applique pas le plan d’action concernant l’égalité professionnelle.

Pourtant, très peu sont alertées, et moins de 1 % a été condamné à payer une amende.

Il est donc urgent de renforcer les contrôles pour vérifier que les écarts de salaire sont conformes à la législation et obliger les grosses entreprises à faire preuve de transparence.

Enfin, il ne suffit pas d’augmenter les salaires des métiers féminins, il faut aussi donner aux femmes la possibilité de rejoindre des postes à hautes responsabilités. Pour cela, les entreprises doivent favoriser leur présence dans les comités exécutifs et lutter contre les préjugés sexistes et discriminatifs. Tout est question d’éducation et de mentalité, et les congés paternités pourraient eux-aussi avoir leur rôle à jouer dans cet équilibre fragile.

Une violence domestique en forte augmentation

Contrairement aux prédictions, les Français n’ont pas fait davantage de bébés pendant le premier confinement. En effet, le chiffre des naissances est en baisse de 13 % pour le mois de janvier 2021 et par rapport à l’année précédente.

L’ONU et l’OMS gardent un œil attentif sur les associations qui font remonter les chiffres de personnes en situation de violence familiale. Ces situations invivables et inacceptables concernent particulièrement les femmes, les enfants, et même les personnes âgées des deux sexes.

Les femmes sont souvent les premières victimes et l’obligation de vivre à plusieurs dans des espaces restreints a considérablement dégradé les relations intra familiales. Pourtant, les chiffres ne sont pas représentatifs, et les instances estiment que de nombreux souffre-douleur ne sont même pas en mesure de sortir du cercle intime pour contacter une association et demander de l’aide.

HoliSanté.

Enfin, de nombreux services ont vu leur accessibilité et leur disponibilité se limiter considérablement et ne recevoir que sur rendez-vous, ce qui n’est pas adapté aux situations d’urgence. Heureusement les thérapies en ligne sont de de plus en plus nombreuses et qualitatives.

Si vous soupçonnez des actes de maltraitance envers des hommes, des femmes ou des enfants de votre entourage, n’attendez pas qu’il soit trop tard pour alerter. Si vous êtes personnellement concernée par des violences domestiques, les psychologues d’HoliSanté sont disponibles pour vous aider à sortir de cette spirale infernale.

HoliSanté

x

Bonjour, je suis Sylvie, fondatrice d'HoliSanté

Pour vous aider à trouver le bon praticien, j'ai besoin d'en savoir un peu plus sur vous

Merci de répondre à ces quelques questions.