Retour au blog

Peut-on se libérer de la peur de l'abandon ?

La peur de l'abandon est une blessure très fréquemment ressentie; Découvrez comment se libérer de cette peur handicapante dans nos relations.

Recevez nos derniers articles chez vous.

Vous vivez avec la peur d’être quitté à tout moment ? Vous ressentez un besoin d’amour et de démonstration de tendresse en permanence ? Vous trouvez que votre partenaire ne vous témoigne pas suffisamment son amour ? On vous reproche des attentes démesurées voire impossibles à combler ?

Vous souffrez peut-être de ce que l’on appelle le syndrome d’abandon ou « abandonnisme ». Du sentiment à la névrose, la blessure d’abandon inflige des degrés de souffrance variables selon les personnes.

Généralement, l’abandonné vit avec un fort sentiment d’insécurité et développe une dépendance affective dans ses relations sentimentales. Il est dominé par la peur irrationnelle de ne pas être aimé et d’être abandonné.

On parle souvent de la peur de l’abandon comme d’une blessure d’enfance. Provoquée par un événement brutal ou une succession de situations vécues comme des abandons, la blessure marque la personne pour de longues années.

A l’âge adulte, il n’est pas rare de chercher à comprendre cette souffrance. L’origine de ce trouble affectif se cache dans l’inconscient. Pour s’en libérer, il faut alors accepter de réaliser un chemin en soi pour s’observer et se comprendre, se pardonner de ne pas être parfait et enfin, apprendre à s’aimer.

D’où vient votre peur de l’abandon ?

La peur d’être abandonné trouve son origine aux racines de l’histoire familiale, au cours de la vie fœtale ou de l’enfance. Parents absents ou décédés trop tôt, désintéressés et peu encourageants… Il arrive aussi souvent que cette peur prenne source dans un geste du quotidien, complètement banal ou normal pour les parents mais perçu comme abandon au travers du prisme de l’enfant.

Comprendre l’origine de votre blessure, constituée parfois de plusieurs épisodes de votre vie, est la première étape pour se libérer de cette peur et d’aller mieux, enfin.

Exercice d’introspection

Commencez par vous connaitre vous-même. Prenez un cahier et un crayon et notez tout ce qu’évoque pour vous ce sentiment d’abandon. Plongez dans vos souvenirs. Prenez aussi le temps de discuter avec des proches qui auraient pu être témoins de votre enfance.

Voici quelques questions à vous poser :

1/ Quelle relation aviez-vous avec vos parents pendant votre enfance ? (Étaient-ils présents, absents, désintéressés, présents en alternance…) ?

2/ En amour, comment caractérisez-vous vos relations (instables, inexistantes, apaisées, durables…) ?

3/ En amour et en amitié, à quelle fréquence vous attendez-vous à avoir des nouvelles (plusieurs fois par jour, tous les jours, plusieurs fois par semaine, jamais…) ?

4/ Êtes-vous prêt à faire des sacrifices pour votre partenaire ? (faire une activité que vous détestez pour lui faire plaisir, par exemple)

5/ Si quelqu’un de proche a déjà oublié de vous souhaiter votre anniversaire (ou de prendre de vos nouvelles suite à un événement important pour vous), quels sentiments ressentez-vous ? (déception, colère, sentiment d’évidence…) ?

6/ Lorsque vous êtes heureux en amour, pensez-vous y être pour quelque chose ou que cela est le fruit du hasard ?

7/ Avez-vous déjà adoré puis détesté la même personne par un revirement de sentiment brutal ?

8/ Vos parents vous ont-ils dit qu’ils vous aimaient (jamais, souvent, beaucoup)… ? Ces questions introspectives vous aideront à vous assurer que vous portez une blessure d’abandon et à déterminer l’origine de votre peur que cela se reproduise.

Les thérapies à envisager

Pour vous accompagner dans votre travail psychologique, consulter un psychothérapeute ou un psychanalyste peut s’avérer très efficace. Prendre le temps du dialogue et d’évoquer ses souvenirs permet d’accéder à une meilleure compréhension de soi.

Les thérapies brèves ont également de réels effets positifs sur la prise de conscience de sa peur de l’abandon et donnent des outils pour les dépasser.

  • La Programmation Neuro-Linguistique : elle s’appuie sur le langage et le choix des mots, pour dévoiler la blessure inconsciente.

  • L’Hypnose : elle fait appel, par des suggestions directes ou indirectes, à votre « enfant intérieur », c’est-à-dire à la victime de la blessure originelle.

Comment s’exprime le syndrome d’abandon ?

Certaines personnes apprennent à vivre avec leur peur de l’abandon. Elles peuvent la dominer avec plus ou moins de réussite, avec l’aide de leur entourage qui cherche à être rassurant et présent.

Mais bien souvent, elles « trainent » leur blessure sans dépasser la souffrance. Cela impacte leur attitude, leur moral et donc leurs relations sociales et amoureuses.

Peur de la solitude

L’abandonné a peur de se retrouver seul, mais il provoque en même temps sa solitude de manière inconsciente. Convaincu qu’il sera de nouveau abandonné, il évite les relations amicales et sentimentales pour s’éviter cette souffrance. Ainsi, contrairement à ce que l’on pourrait croire, la personne blessée a du mal à s’engager en amour, restant toujours certain que ce bonheur ne durera pas.

Dépendance affective et négation de soi

Comme elle n’est pas capable de s’aimer elle-même, la personne abandonnée est toujours en quête d’amour et de reconnaissance auprès des autres. Impossible à satisfaire pleinement, son besoin d’être aimé amène frustrations et déceptions et engendre de la souffrance. La personne s’installe alors dans une relation de dépendance affective qui porte 2 conséquences principales :

  • Elle est prête à accepter des comportements inacceptables de la part de celui ou celle qu’elle aime, allant jusqu’à une négation complète d’elle-même.

  • Elle adopte une attitude étouffante face aux autres qui ont alors tendance à la fuir… et se réalise alors l’abandon qu’elle craignait tant.

Reproduction des schémas

La peur de l’abandon se transmet dans le cadre de l’éducation. Les personnes souffrant d’une blessure d’abandon ont tendance à reproduire les schémas vécus pendant leur propre enfance, soit de manière identique (le parent abandonné est peu présent, voire totalement absent), soit de manière contradictoire (le parent blessé est surprotecteur, et les enfants perçoivent alors la séparation comme dangereuse pour eux).

Se libérer de sa peur de l’abandon : quels obstacles à dépasser ?

Il est possible de se libérer de la peur de l’abandon et de guérir de cette blessure profonde. Toutefois, ce chemin est long et difficile. Nous l’avons dit, un suivi psychologique ou des séances de thérapies brèves offrent des résultats positifs. Cependant, la réussite de cette prise en charge repose avant tout sur la personne souffrant de l’abandon qui consulte.

Le doute abandonnique : un obstacle de taille

Il est difficile pour une personne souffrant d’abandonnisme de démarrer et de s’accrocher à une thérapie. Prise par le « doute abandonnique », posture selon laquelle la personne est convaincue que l’abandon la guette, s’applique aussi aux thérapeutes qu’elle rencontre.

Pourquoi ce thérapeute échapperait-il à la « règle » ? La personne qui veut se libérer de sa peur de l’abandon est ainsi confrontée à des pensées bloquantes qui l’empêchent d’avancer dans sa propre guérison.

Apprendre à s’aimer

La blessure d’abandon installe la croyance chez la personne blessée qu’elle n’est pas digne d’être aimée.

Ce manque de confiance en elle constitue un obstacle à sa libération, puisqu’elle ne sait pas comment s’aimer.

Se donner de l’amour est terriblement difficile :

  • déculpabiliser : prendre conscience que l’abandon originel n’est pas de sa responsabilité.

  • se féliciter : reconnaitre ses réussites et les attribuer à soi-même.

  • s’encourager : envisager un avenir positif.

Face à ces 3 étapes-clés, la personne abandonnée se confronte à trois résistances psychologiques très fréquentes et très ancrées dans son fonctionnement car elles remettent en cause toutes les croyances qu’elle porte depuis l’enfance.

Vous pensez souffrir de la peur de l’abandon ? Vous venez de réaliser le premier pas vers votre guérison en prenant conscience de cette blessure. Une aide thérapeutique vous permettra de vous comprendre et de vous accepter, mais aussi de vous pardonner. Ne restez pas seul face à cette souffrance.

HoliSanté

x

Bonjour, je suis Sylvie, fondatrice d'HoliSanté

Pour vous aider à trouver le bon praticien, j'ai besoin d'en savoir un peu plus sur vous

Merci de répondre à ces quelques questions.