Retour au blog

Sortir de la solitude chez nos ainés

Découvrez comment sortir de la solitude chez nos aînés

Recevez nos derniers articles chez vous.

Nous n’avons pas tous le même ressenti face à la solitude.

Lorsqu’elle est volontaire, quand il s’agit de retraite spirituelle par exemple, la solitude va avoir un effet bénéfique, voire salvateur pour celui ou celle qui la recherche. En effet, se retrouver soi-même, seul, au calme, peut apporter dans ces conditions cette sensation tant recherchée qu’est la paix intérieure. En revanche, lorsqu’elle est subie et forcée, la solitude va avoir un effet douloureux, parfois dévastateur. Nous ramenant au sentiment d’abandon et de vide, la solitude est alors souvent source de dépression.

Il y a aussi le sentiment de solitude que l’on peut ressentir, assez fréquemment pour certains, que l’on soit au beau milieu de la foule, ou entouré de personnes qui nous sont chères ! Autrement dit, la solitude n’est pas seulement un état de fait, elle est aussi et surtout un sentiment, une manière de ressentir, de voir les choses. La solitude est différente, selon qu’elle soit choisie, ou subie.

Selon Weiss, psychologue américain qui s’est longuement penché sur la question dans les années 70, la solitude peut être soit un isolement émotionnel, soit un isolement social.

La solitude chez nos aînés :

Les causes de l’isolement chez nos aînés sont variées.

  • La perte du conjoint, l’éclatement familial, l’incompréhension entre les générations, la perte d’autonomie, la précarité économique, sont autant de facteurs qui peuvent favoriser l’isolement.

  • La retraite, le veuvage ou simplement l’âge riment pour certains avec un retrait forcé du monde social, une inactivité inévitable et la fin de tout ce qu’ils ont fait jusqu’à présent. Il en résulte bien souvent une extrême solitude.

Difficile parfois de garder le contact avec sa famille et même avec la société ! La solitude s’installe, toujours accompagnée de sentiments de manque, de privation et de tristesse. Mais, les changements qu’entraînent la retraite, le veuvage ou le vieillissement ne doivent surtout pas empêcher d’avoir des relations sociales et familiales, de se distraire, de se déplacer.

Solitude et confinement

A l’ère du confinement, chez nos aînés, la solitude, peut être encore plus difficile à supporter, paraissant même insurmontable pour certains ! Ceux, isolés, qui n’ont pas de famille pour les appeler, ou encore ceux en manque d’autonomie qui se retrouvent seuls, avec de grandes difficultés à gérer leur quotidien. Et bien d’autres encore.

Reconnaître les conséquences de la solitude sur la santé :

Il arrive que la solitude soit un choix. Toutefois, l ‘isolement des seniors est généralement subi plutôt que choisi, entraînant de nombreuses conséquences, qui affectent tous les aspects de leur vie. Une fois amorcée, la désocialisation ne fait que s’accentuer. Progressivement, la personne isolée réduit le nombre de ses sorties et ses activités, jusqu’à rester réellement seule.

  • Le manque de socialisation entraîne alors un déficit de stimulations cognitives et sensorielles.

  • Le psychisme est également ébranlé. La personne se sent abandonnée, des sentiments de plus en plus négatifs se manifestent : dépréciation de soi, sentiment d’être inutile, incapable, de ne plus intéresser personne. Le repli sur soi s’intensifie, les forces intérieures se délitent et une spirale négative s’enclenche.

  • Physiquement, la personne est mal en point, fatiguée, souffrante, se nourrissant mal et dormant mal. A ce stade, la dépression de la personne âgée rôde et survient fréquemment.

Comprendre l’importance des trois réseaux :

  • Le cercle familial : Certains ont une grande famille d’autres pas d’où un sentiment d’injustice pouvant apparaître

  • Le cercle amical : Avec le temps, dame nature emmène avec elle nos amis et l’entourage amical s’étiole

  • Le cercle professionnel : Une fois sa vie professionnelle derrière nous, un sentiment d’inutilité peut apparaître. D’autant qu’elle emmène avec elle un certain nombre de relations sociales.

Le danger d’isolement apparaît quand une personne ne compte plus qu’un seul réseau. Il s’agit souvent du réseau familial : quand un conjoint disparaît, l’état d’abandon peut vite se profiler.

QUELQUES CONSEILS POUR SORTIR DE L’ISOLEMENT ET NE PAS SE COUPER DU MONDE

1. RESTER ACTIF

Préserver une qualité de vie qui, permette de conserver un équilibre physique et moral satisfaisant est le principe de base pour prévenir le vieillissement et l’isolement. Un maintien d’activité physique et intellectuelle reste la meilleure prévention. Même en période de confinement, certaines activités sont possibles ! Des mouvements de gymnastique, du yoga, du vélo d’appartement pour les plus chanceux, soulever des litres de laits ou des paquets de pates ; nombreux sont les exercices pour garder la forme physique même à la maison ! Il y a aussi de nombreux exercices pour renforcer la mémoire (Sudoku, mots fléchés…), faire de la lecture : c’est le moment de profiter de ce retrait social pour entretenir nos neurones ! Pour les plus branchés, de nombreuses applications gratuites sont à disposition pour garder la forme à la maison.

2. APPRENDRE

Il existe des universités qui offrent la possibilité d’apprendre ou de perfectionner un centre d’intérêt en suivant des cours d’histoire, de littérature et de sociologie… Accessibles sans condition d’âge, de diplôme ou autre, les cours sont gratuits. En temps « normal », préférer les cours en faculté favorise la rencontre avec des étudiants de tout âge, des professeurs… Pendant le confinement, ou pour les personnes résidant loin d’une université ou ayant une mobilité réduite peuvent suivre des cours par correspondance ou sur internet. A la télévision comme à la radio, de nombreuses émissions peuvent nous faire découvrir différents sujets très intéressants.

3. RENCONTRER

Préserver son énergie et son dynamisme, c’est aussi découvrir et faire des rencontres. Il existe plusieurs milliers de clubs, d’associations et centres culturels qui permettent de sortir de chez soi et de rompre l’isolement, de créer des liens d’amitié et d’échanger sur ses soucis, ses joies et ses centres d’intérêt. Les clubs proposent des activités manuelles ou des jeux (cartes, échecs…), des cours de gymnastique, de conférences, de visites et des voyages. En ce moment ou toutes ces sorties sont fortement déconseillées, voire annulées, il est tout à fait possible de rencontrer via le net ! * De nombreux sites sérieux existent, qui favorisent des rencontres amicales selon les affinités communes. La rencontre peut prendre différentes formes.

4. GARDER UNE PLACE POUR LA FAMILLE

Les grands-parents, c’est important dans la structuration des enfants ! Organiser des activités avec ses petits-enfants permet de créer des liens forts et d’avoir des souvenirs inoubliables qui sont tout aussi important pour vous que pour eux. Ces activités n’ont pas besoin d’être très sophistiquées ou coûteuses : transmettre ses connaissances et son savoir-faire (cuisine, pâtisserie, bricolage…) suffit. Toutes ces activités peuvent se faire sous différentes formes elles-aussi ! En confinement, c’est possible de transmettre une recette via web cam ! Ou encore des jouer aux devinettes par téléphone ! De donner des conseils à nos enfants ou petits enfants peut se faire par n’importe quel moyen !

5. POSITIVONS

Au-delà de la peur d’être contaminé, de l’angoisse de l’enfermement, que pouvons nous faire, aujourd’hui, maintenant, pour nous sentir mieux ? Le ciel est-il bleu, y a-t-il de la musique ? Mon chez moi est-il confortable ? Ai-je quelqu’un au bout du fil ? Imaginons ce que nous ferons, plus tard, lorsque nous pourrons à nouveau sortir. Qui nous irons voir, famille, amis, voisins ? Quel moyen de rencontre, de développement nous mettrons en place pour nous sentir mieux, pour sortir de la solitude ?

En résumé :

Cette période de confinement nous propose de nous adapter à une nouvelle manière de vivre. Certes, la rupture sociale physique est réelle, nos quatre murs peuvent nous sembler fort étroits, pour autant, nous avons la possibilité de modifier cette perception en déjouant nos habitudes ! Tout aussi inconfortable que cela puisse être. Internet prend tout son sens actuellement ; c’est simplement un canal de communication, de transmission, qui ne déshumanise pas, bien au contraire, si nous savons l’utiliser.

RESTONS EN CONTACT !

HoliSanté

x

Bonjour, je suis Sylvie, fondatrice d'HoliSanté

Pour vous aider à trouver le bon praticien, j'ai besoin d'en savoir un peu plus sur vous

Merci de répondre à ces quelques questions.