Retour au blog

Charge Mentale des Adolescents

Avec HoliSanté, soutenez et accompagnez vos adolescents en les protégeant d’une charge mentale inutile et douloureuse. Laissons leur le Temps de Grandir.

Recevez nos derniers articles chez vous.

La charge mentale des adolescents et des jeunes adultes peut être un facteur de fatigue et de souffrance. Il est important, en tant que parent, de savoir comment les aider sans les encombrer de tâches ou d’obligations inutiles ou qui ne les intéressent pas. Voici quelques conseils pour accompagner votre adolescent à progresser jusqu’à devenir lui-même.

L’enfant idéalisé est porteur d’une grosse charge mentale

Les psychologues l’appellent aussi « l’enfant imaginaire » et il correspond tout simplement à l’idéal que ses parents projettent en lui. Cette manière, de considérer son fil ou sa fille, revient à en faire un être surhumain à qui on demande beaucoup trop.

Il est important que les parents reconnaissent à leur enfant le droit d’avoir ses propres affinités, car même si la génétique les relie, ils peuvent être des personnes profondément différentes.

La meilleure manière pour un père ou une mère d’accompagner son enfant dans sa construction consiste à s’oublier en acceptant ses différences et en lui apportant de la tendresse.

La charge mentale des adolescents se présente à travers différents symptômes

Selon l’âge, les façons de supporter ou de résister à une charge mentale excessive vont se manifester différemment.

Chez les plus jeunes, l’obéissance est souvent respectée

La charge mentale des enfants est la conséquence des attentes de leurs parents, des exigences scolaires et de leur place dans la fratrie. Lorsque ces différents facteurs sont trop pesants, la charge mentale devient lourde à porter.

Souvent, cela se traduit par une fatigue généralisée comme dans le cas d’un surmenage. Certains enfants peuvent même aller jusqu’à un épuisement physique, psychologique, émotionnel et cognitif.

Des troubles du sommeil accompagnent parfois cet état de surcharge mentale et peuvent prendre la forme d’une difficulté à s’endormir ou d’une hypersomnie, avec la création d’un refuge dans le sommeil.

La période délicate de l’adolescence et ses possibles excès

En grandissant, le jeune adolescent aura tendance à exprimer son mal-être selon sa personnalité. Certains continuent à accomplir les tâches demandées avec un manque d’implication et d’envie qui s’apparente parfois à une allure dépressive. D’autres vont essayer de cacher leurs difficultés à répondre aux injonctions parentales avec un comportement hypertonique ou énergique.

Malheureusement, certains adolescents ont l’impression de perdre le contrôle de leur vie lorsqu’ils accusent une charge mentale trop grande. Cela peut se traduire par un désir d’avoir une ascendance sur leurs camarades ou en développant une forme d’agressivité envers les adultes.

Pour se rassurer et avoir l’impression de décider pleinement de leurs existences, d’autres vont jusqu’à se mettre en danger. Relever des défis devant leurs pairs leur donne l’impression qu’ils reprennent leur place et ils se sentent à nouveau pleinement exister.

Les parents, au cœur de la gestion de la charge mentale des ados

Le rôle des parents dans la construction de leur enfant est primordial et c’est souvent pendant la période de l’adolescence que des brèches peuvent se révéler. Parfois, c’est bien malgré leur volonté que les parents sont un facteur de charge supplémentaire. C’est pourquoi, ils doivent essayer de rester attentifs et appliquer quelques astuces pleines de bon sens.

Les conflits entre adultes peuvent être lourds de conséquences

Attention aux disputes au sein du couple qui représentent une réelle charge mentale négative pour l’adolescent si elles sont quotidiennes ou violentes. Sans mentir aux enfants, les parents doivent essayer de régler leurs problèmes en leur absence et de les tenir en dehors des conflits.

Du vrai temps partagé avec les parents

Pour développer de la complicité, les parents doivent autant que possible passer du temps avec leurs enfants. Toutefois, il faut différencier le « temps dans l’agir » (faire les courses, les trajets, etc.) du « temps dans l’être » (échanges, discussions, partages, etc.).

En cas d’indisponibilité ou de fatigue, le parent doit s’excuser avec des mots simples auprès de son enfant. En général, il va être compréhensif et il en tirera une leçon essentielle à sa construction : comme lui, ses parents ont aussi besoin de lâcher prise.

Accepter que l’adolescent refuse de se plier à toutes nos exigences

Un ado qui dit non ou qui propose sa propre vision des choses est un être en devenir qui se porte bien. En effet, il n’est plus en fusion totale avec ses géniteurs et il tente de décider ce qui est bien pour lui. En veillant à ce que ces prises de position restent raisonnables, il est bénéfique de laisser les adolescents faire leurs propres choix, car cela apporte de la légèreté dans leur quotidien souvent compliqué.

Encourager, comprendre et expliquer

Forcer un enfant ou un adolescent à pratiquer un sport ou à prendre des cours de piano alors qu’il n’en a pas envie, c’est parfois confondre entre motiver et forcer. Certains parents ont tendance à penser que stimuler son enfant, c’est agir pour son bien. C’est vrai jusqu’à un certain point, car une hyperstimulation va amener, à la longue, une perte de plaisir.

L’ennui et le désœuvrement sont des moments indispensables pour libérer sa créativité et développer son imaginaire. Il est vrai qu’avec les nouvelles technologies, ces temps de repos sont grignotés par l’utilisation des tablettes et autres smartphones.

De la même façon, fréquenter les réseaux sociaux peut être une cause de surcharge complémentaire, car les échanges sont parfois source de conflits entre adolescents. Encourager son enfant à décrocher régulièrement peut lui permettre de s’échapper un moment de cet univers intrusif.

Un adolescent avec une grosse charge mentale peut devenir un adulte mal dans sa peau

Lorsque l’adolescent entre dans sa peau d’adulte, il se retrouve seul à prendre les décisions et si on a choisi pour lui depuis tout petit, il se retrouve désemparé. Il peut avoir la sensation qu’il n’a pas décidé lui-même de sa propre vie et qu’il n’est pas vraiment à sa place.

Ces prises de conscience d’être un autre que celui qu’on l’a poussé à devenir peut avoir des répercussions sur la vie professionnelle, conjugale ou sexuelle. Dans ces cas-là, l’entourage ne reconnaît plus son jeune adulte, car il est capable d’opérer des changements radicaux pour échapper à une sensation d’étouffement et de mal-être.

En résumé : Chers parents, accompagnez vos enfants et encouragez-les, mais n’essayez pas d’en faire des surhommes ou des êtres parfaits. Une charge mentale importante s’accompagne toujours d’une souffrance. La bonne nouvelle, c’est que vous pouvez considérablement diminuer celle qui dépend de vous. Si vous vous sentez désarmé face à une situation difficile, n’hésitez pas à faire appel à un psychologue d’HoliSanté. Notre équipe est formée pour vous accompagner dans cette démarche, apprendre à faire la part des choses et dialoguer sereinement avec votre adolescent.

HoliSanté

Besoin d'aide ?