Retour au blog

Journée de détox numérique : adoptez la slow technology !

Accros à nos smartphones et aux réseaux sociaux, une détox numérique nous apprend à rationaliser notre présence en ligne, pour être + en forme et + heureux.

Recevez nos derniers articles chez vous.

Journée mondiale sans téléphone : commencer sa détox numérique

Le mois de février célèbre les bienfaits d’une détox numérique avec la journée mondiale sans téléphone portable (6 février 2021) et la journée sans Facebook (28 février)… Mais est-ce si simple de ranger nos smartphones pour seulement 24 petites heures ?

En réalité, nous passons entre 20 % (pour les 40-59 ans) et plus de 60 % (pour les 18-24 ans)* de notre temps sur Internet. Accros à nos smartphones, parfois même atteint de nomophobie (ou peur d’être séparé de son smartphone), nous n’envisageons plus une déconnexion totale.

Notre présence en ligne augmente de manière spectaculaire depuis le déploiement des réseaux mobiles, et avec, notre dépendance technologique. Les yeux rivés sur nos écrans, nous consultons frénétiquement les réseaux sociaux, qui occupent jusqu’à 3 heures de nos journées au quotidien.

Pourtant, les méfaits de cette surconsommation numérique sont sévères et impactent autant notre vie professionnelle que sociale et intime. De plus, ceux qui ont pris le temps de se déconnecter ont ressenti des bienfaits à la fois psychologiques, relationnels et physiques.

HoliSanté vous invite à suivre ses quelques conseils pour commencer votre détox numérique et adopter un mode de vie Slow Technology.

La dépendance technologique : une réalité ?

Les études sur la dépendance technologiquen’ont pas encore permis à la médecine française de la reconnaitre comme une addiction, au même titre que le sont le sucre, le tabac ou encore les jeux vidéo. Pour autant, les similitudes entre une addiction au sucre et une addiction technologique sont nombreuses.

On parle même du syndrome FOMO (Fear Of Missing Out), ou la peur de rater quelque chose en ne se connectant pas assez souvent…

Les 3 critères d’une addiction

C’est ainsi que de nombreux adultes et adolescents consultent les services d’addictologie pour reprendre le contrôle de leurs usages numériques et le temps passé sur leurs téléphones et l’on reconnait dans leurs comportements les trois critères premiers d’une addiction :

  • pensée obsessionnelle qui conduit à un retour compulsif à l’objet de l’addiction
  • perte de contrôle en cas de privation
  • conséquences importantes sur le quotidien et l’entourage

La responsabilité des applis

60 % à 93 % des internautes de 18 à 69 ans* possèdent des comptes sur les réseaux sociaux. Ces derniers, par leurs méthodes de growth hacking agressives, suscitent nos interactions et multiplient nos connexions. En cause notamment, les notifications Push, Ping et Poke, ou même lumineuses, que nous envoient Facebook, Instagram etc., pour nous inciter à revenir plus fréquemment.

Pourquoi est-ce si difficile de se séparer de son téléphone ?

Cette dépendance technologique, si elle n’est pas encore diagnostiquée médicalement, prend cependant toutes les formes d’une vraie addiction. Et même si nous ne sommes pas tous attirés avec la même puissance par nos smartphones, nous prenons tous, quand même, des habitudes virtuelles qui nous éloignent de notre vie réelle.

En effet, dans le monde d’aujourd’hui où règne l’ultra connexion, il est extrêmement difficile de résister à cette digitalisation massive voulue par les géants du web, même lorsqu’il s’agit de concéder cet effort le temps d’une journée, comme le 6 février, le 28 février.

Les bienfaits de la déconnexion numérique

Pourtant, les bienfaits de la déconnexion numérique sont très nombreux, et se défaire de ses mauvaises habitudes en la matière sont aussi bénéfiques au corps qu’à l’esprit.

Temps pour soi et productivité

Tout d’abord, en apprenant à contrôler le nombre de fois où nous consultons nos réseaux sociaux et en limitant notre temps de navigation sur Internet, nous augmentons fortement notre temps libre. De quoi reprendre peu à peu attache avec des activités manuelles, artistiques ou sociales, passer un temps de qualité avec ses enfants, ou redonner à son couple la place qu’il mérite.

Ce gain de temps s’ajoute à une évidente augmentation de la productivité. Au travail, téléphone éteint, nous ne sommes plus sans cesse dérangés par des notifications, emails, messages privés, « J’aime » et likes en tout genre. Esquiver toutes ces sollicitations parasites nous permet de nous concentrer sur une tâche à la fois, et d’aller jusqu’au bout de celle-ci.

Bénéfices de la détox numérique sur la santé

Gain de temps, gain de productivité, mais également bénéfices sur la santé sont au programme de cette nouvelle vie moins connectée. En effet, plusieurs études ont trouvé une corrélation entre les signes de dépression et une forte consommation digitale. Probablement mis en cause, la résonance limbique, ce phénomène chimique à l’origine du bien-être qui se produit lorsqu’on est en présence d’autres personnes, et que les relations virtuelles ne déclenchent pas. Ceci est particulièrement préoccupant pour les jeunes de 18 à 24 ans, qui communiquent plus souvent à distance que dans la vie réelle.

En développant une consommation raisonnée d’Internet, vous ferez aussi du bien à votre corps. En effet, nos téléphones portables, ordinateurs et tablettes touchent aussi à notre santé physique, puisqu’ils :

  • favorisent la myopie, car nos yeux sont proches des écrans

  • affectent notre sommeil, à cause de la lumière bleue qu’ils émettent

  • sont peut-être également responsables de cancers du cerveau et du cœur

  • contraignent notre corps à adopter une posture néfaste pour nos cervicales

  • déclenchent des tendinites aux doigts

  • accroissent la fatigue nerveuse et l’état de stress global

Comment réussir sa détox numérique ?

Si vous avez des habitudes digitales déjà envahissantes, il vous sera difficile de vous désintoxiquer brutalement du numérique. En effet, vous risquez de ressentir violemment les symptômes de sevrageque l’on retrouve dans d’autres addictions. L’idéal est d’avancer par étape.

Défis sans téléphone

Pour commencer votre détox digitale (ou digital detox), vous pouvez vous fixer l’objectif de l’une de ces journées à venir pour débrancher quelques heures. Avant d’y parvenir, vous aurez peut-être besoin de quelques jours de préparation pour prendre conscience de vos usages numériques et commencer à intégrer quelques contraintes sous forme de défis, tels que :

  • laisser votre smartphone à la maison lors d’une sortie à l’extérieur

  • ne pas consulter vos mails pendant une demi-journée

  • ne pas emporter le téléphone portable dans la chambre à coucher

  • vous imposer des heures et une durée limite de consultation des réseaux sociaux

Lorsque vous aurez relevé ces quelques défis, vous en ressentirez les effets positifs. Vous vous sentirez probablement déjà plus relaxé et vous aurez appris à prendre conscience du moment présent, à observer le monde par tous vos sens.

S’occuper pendant la journée mondiale sans téléphone ou sans Facebook

Fort de cette étape, vous serez assurément capable de survivre à la journée mondiale sans téléphone, ou sans Facebook! Et ce succès vous rendra fier et vous mettra le pied à l’étrier pour poursuivre votre déconnexion progressive. Pour éviter de succomber à la tentation de vous connecter le 6 ou le 28 février – journées qui tombent pendant des week-ends – vous pouvez multiplier les activités en amoureux, entre amis ou en famille, dans la limite des conditions sanitaires actuelles. Sortie en pleine air, lecture d’un roman, jeux de société… Selon la météo, composez-vous à l’avance un petit programme pour une journée de reconnexion totale avec vos proches, et en faisant appel à vos 5 sens.

Adopter un mode de vie Slow Technology

Pour la suite, vous devez ancrer ces nouvelles habitudes et en ajouter d’autres. Voici quelques astuces pour mieux contrôler votre présence en ligne et adopter la Slow Technology :

  • désactiver les notifications de l’ensemble des applications

  • désinstaller ou mettre en veille les applications qui occupent le plus

  • supprimer toutes les applications problématiques pendant plusieurs jours, puis réintégrer progressivement les services les plus utiles

  • se séparer de son téléphone intelligent au profit d’un téléphone classique (uniquement dédié aux appels)

  • installer une application de veille de votre présence en ligne (calcul de la durée de connexion, applications utilisées), certains de ces paramètres de surveillance sont intégrés aux applications elles-mêmes

  • utiliser un radio réveil non connecté

  • mettre en place des plages horaires hebdomadaires : prévoir par exemple une déconnexion complète 1 jour par semaine, et éteindre son téléphone en début de soirée jusqu’au lendemain matin, en évitant de le rallumer au petit-déjeuner…

*les données chiffrées de cet article sont extraits des études menées par Statista©.

Les signes d’une addiction au numérique sont de plus en plus évidents et répandus dans le monde, à cause du développement des réseaux mobiles et de la digitalisation des activités économiques et des relations sociales. Branchés à nos téléphones presque la moitié de notre temps chaque jour, la détox numérique régulière nous permet, à l’échelle de notre vie, de prendre conscience de nos habitudes et usages en ligne. En modifiant peu à peu nos habitudes, on peut arriver à transformer notre FOMO en JOMO (Joy of Missing Out – joie de manquer quelque chose)… Et si la perspective de rester déconnectés une journée ou même une semaine vous angoisse, HoliSanté vous propose de prendre rendez-vous avec l’un de nos spécialistes Sophrologie pour une séance d’accompagnement 100 % en ligne.

HoliSanté.

Besoin d'aide ?