Retour au blog

Êtes-vous sous l’emprise d'un pervers narcissique ?

La perversion narcissique constitue un trouble de la personnalité relevant de la psychopathologie. Apprenez-en plus sur la perversion narcissique.

Recevez nos derniers articles chez vous.

La perversion narcissique constitue un trouble de la personnalité relevant de la psychopathologie. Au XXème siècle, le psychanalyste et psychiatre français Paul-Claude Racamier la définit comme une pathologie relationnelle.

Le pervers narcissique – ou la perverse narcissique, car cette maladie n’est pas l’apanage des hommes – recherche constamment une survalorisation de lui-même qui n’est possible qu’aux dépens d’autrui.

Ainsi, une relation sociale ou amoureuse avec une personne atteinte de cette maladie cause des ravages dangereux pour la victime, pouvant aller jusqu’à son suicide. En apprendre plus sur ce trouble de la personnalité vous permettra de vous en prémunir, ou, si vous êtes déjà sous l’emprise d’un pervers narcissique, de vous en sortir.

Comment reconnaitre un pervers narcissique ?

La personnalité d’un pervers narcissique se caractérise par une ambivalence entre le comportement public et l’attitude dans l’intimité. En société, le pervers narcissique passe inaperçu. Serviable, jovial et séduisant, c’est le « prince charmant » ou encore le « gendre idéal ». Pourtant, dans l’intimité, sa véritable personnalité se révèle : froid, agressif, menteur et manipulateur, le pervers narcissique déstabilise la vie du couple par ses nombreuses sautes d’humeur, ses accès de colère et ses remarques désobligeantes.

Le pervers narcissique vous dévalorise.

En couple avec un pervers narcissique pendant plus de 10 ans, L. se souvient du jour où elle a annoncé une belle réussite professionnelle.

« Un amoureux « normal » aurait été heureux pour moi. Il aurait voulu célébrer ce succès et y prendre part. Pourtant, mon « amoureux » à moi, m’a simplement jeté au visage cette phrase dont je me souviendrai toujours : « C’était inespéré ! ». J’ai compris ce jour-là que je n’aurais jamais son soutien. »

La dévalorisation va souvent bien plus loin que le manque de soutien. Moqueries, insultes, dénigrements : tout est bon pour que la victime perde confiance en elle. Le pervers narcissique exploite ainsi les failles psychologiques de sa victime jusqu’à la détruire, pour son plus grand plaisir…

Le pervers narcissique vous fait culpabiliser

Si son caractère imprévisible est à l’origine des tensions et disputes, vous resterez toujours pour lui responsable de tous les maux. Ainsi, un pervers narcissique est prêt à saboter un entretien de travail pour lequel il a le profil parfait et les compétences adéquates, pour vous reprocher ensuite son échec. Il n’aura pas obtenu le poste à cause de vous et de votre manque de soutien.

A l’inverse, il sera prêt à accepter un travail qui ne lui convient pas pour trouver là de nouvelles occasions de vous en vouloir : il a dû faire ce choix pour vous, pour subvenir à vos besoins, pour atteindre le niveau de vie que vous voulez. Un pervers narcissique n’assume ainsi jamais la responsabilité de ses actes et échecs, de même qu’il est incapable de culpabilité.

Le pervers narcissique vous pousse à bout

La relation avec une telle personne est constamment conflictuelle et de fait, épuisante. Alors que vous vous sentez bien, il saura appuyer, par de petites phrases assassines, à l’endroit qui vous fera (mal) réagir.

« Je sens que tu es énervé(e). Si, si, je te connais, tu es énervé(e)… » Et vous aurez beau rétorquer que ce n’est pas vrai, il insistera jusqu’à ce que cela se réalise et que vous sortiez de vos gonds… Il pourra ainsi vous reprocher de n’être « jamais content(e) », d’être « hystérique » ou encore « instable au plan émotionnel »…

Au fil du temps, le retrouver devient source d’angoisse. Quand la journée de travail touche à sa fin et que chacun se réjouit de rentrer chez soi, vous sentez monter votre nervosité et votre ventre se nouer. Que se passera-t-il encore ce soir ? Sera-t-il de « bonne humeur » ? Quel sera le prétexte à la prochaine dispute ?

Comment tombe-t-on sous l’emprise d’un pervers narcissique ?

À dresser un tel portrait, certains lecteurs se demandent peut-être ce qui peut pousser des femmes et des hommes à tomber sous l’emprise d’un pervers narcissique. Remontons au début de la rencontre, quand cette personne est encore une parfaite inconnue pour sa future victime. Rappelez-vous qu’en société, il est charmant et apprécié de tous. Il séduit et attire, non pas en montrant ses meilleurs atouts, mais au contraire en montrant exactement ce qu’il n’est pas.

Des débuts magiques

« Au début, c’était une lune de miel qui semblait ne pas avoir de fin. Il multipliait les petites attentions et les preuves d’amour. Il était absolument adorable et je me disais que j’avais une chance immense. » Comme L., les victimes se laissent convaincre de la sincérité des sentiments de leur nouvelle conquête.

Et comment imaginer que derrière les apparences se cache en réalité un monstre sans empathie ? Après la rencontre, ce bel amour se concrétise. On formule des projets pour un futur à deux : maison, enfant… Le couple démarre une nouvelle vie à deux.

Un changement insidieux

Vient alors le temps de la cohabitation. Les débuts heureux laissent place à un quotidien de plus en plus déconcertant. La négativité remplace la joie de vivre à deux. Le pervers narcissique va mal. Pour lui, la vie est une série de malheurs qu’il subit de plein fouet. Petit à petit, la personne qui partage sa vie souffre de ce manque d’enthousiasme et de cette avalanche de mauvaises nouvelles. C’est dans cette période-là que le pervers narcissique met en place des techniques de manipulation insidieuses, à peine perceptibles, quasi inconscientes pour sa victime comme pour lui-même. Chantage affectif, culpabilisation et mensonge prennent une place croissante dans le couple.

Le verrouillage de la relation

As de la communication verbale, le pervers narcissique manipule sa victime par les mots et les formules. Privilégiant un discours flou ou double, il l’enferme peu à peu dans une impossibilité à agir et à argumenter. Il cherche à la plonger dans la confusion et l’incapacité à savoir comment répondre à ses attaques.

Cela s’exprime par exemple par :

  • des questions rhétoriques : « Si tu es sûre que je suis si mauvais, pourquoi tu ne me quittes pas ? Je ne te retiens pas ! ». Ici, la victime se trouve dans la position de celle qui devra prendre la décision de quitter, donnant ainsi raison au manipulateur.
  • des demandes impossibles : « J’aimerais que tu fasses ceci, mais que cela vienne de toi ». Désormais, il est impossible de satisfaire cette exigence puisqu’il faudra soit ne pas faire (donc ne pas accéder à la demande), soit le faire (sans que cela puisse venir de la victime).
  • des mensonges, déformations des propos de l’autre et autres stratagèmes de mauvaise foi : toutes ces techniques lui permettent aisément d’inverser les rôles et de se placer comme victime.

À terme, une personne sous l’emprise d’un pervers narcissique perd confiance en elle, s’isole de son entourage, subit violences verbales et parfois physiques et peut tomber dans l’alcool et la dépression et même, en venir à cette fatale issue : le suicide.

En résumé: Si vous vous reconnaissez dans la description de cette relation toxique, ne restez pas seul(e). Les conséquences sur votre propre santé mentale et votre vie sociale en dépendent. Alertez vos proches, consultez un médecin, trouvez une association de proximité. Les psychologues et psychopraticiens d’HoliSanté sont formés pour répondre à vos besoin, en toute confidentialité. Sachez qu’on ne change pas un pervers narcissique et que la guérison de cette pathologie clinique s’avère totalement vaine.

HoliSanté

Besoin d'aide ?